oborobo_Jeanne-Toussaint_la-panthere-de-Cartier_00

Jeanne Toussaint, La Panthère de Cartier

« Celui qui arrive sans qu’on l’ait fait venir, c’est le destin ». (Mencius, Livre des livres, II, III, 6 ; IVe S. av. J.-C)

Cette citation chinoise pourrait à elle seule résumer la vie de Jeanne Toussaint surnommée la Panthère.

Rien ne la prédestinait à devenir la créatrice historique de la maison Cartier.
Et pourtant, nous lui devons quelques uns des grands classiques de cette maison.

 

Daisy Fellowes portant le magnifique collier Indien imaginé par Jeanne Toussaint pour l’héritière Singer.

 

Née en 1887, Jeanne est la fille de commerçants de dentelle installés à Bruxelles. Le commerce est prospère et Jeanne connait une enfance heureuse auprès de sa sœur Charlotte.
La vie cependant lui réserve ses premières mauvaises surprises, en effet son père tombe gravement malade et sa mère, seule doit tenir le commerce familial. Seule, pas tout à fait, un allemand, séduisant et beau parleur, va séduire sa mère et finir par prendre progressivement la place qu’occupait son père précédemment. Cet homme va rapidement vouloir un peu plus que d’endosser le rôle de tuteur de famille, il va abuser de Charlotte qui finira par s’enfuir, puis de Jeanne qui fera de même quelques années après.

C’est ainsi que Jeanne devient parisienne et cocotte dans le Paris de la Belle Époque.
La suite ? Beaucoup de rencontres, beaucoup de désillusions, mais aussi un talent évident pour tout ce qui touche à la joaillerie. Jeanne ne peut s’empêcher d’observer les bijoux des aristocrates ou demi-mondaines qu’elle rencontre et d’en refaire les contours ou de les réinterpréter par l’esprit.

C’est l’un des frères Cartiers, Louis, devenu son amant, qui remarquera ce talent et l’incitera à rejoindre la maison Cartier, à défaut de devenir sa femme. L’époque n’est pas au mariage d’amour, et un Cartier ne peut décemment épouser une cocotte, aussi aimante et talentueuse soit elle.

C’est ainsi qu’en 1933, la très élégante et mondaine Jeanne Toussaint, est nommée Directrice de la Haute Joaillerie de Cartier.

 

 

Innovante, ultra créative, rigoureuse et tenace, Jeanne est une femme autant respectée que crainte. Pendant vingt ans, Jeanne saura flairer l’air du temps, rebondissant en permanence sur les modes et sur les attentes de ses clientes, et cela même dans les périodes les plus sombres.

En effet, lors de l’occupation allemande, Jeanne fera installer dans toutes les vitrines de la boutique Cartier, Place Vendôme, une broche représentant un oiseau aux couleurs du drapeau national en cage, symbolisant ainsi la France occupée.
Cette provocation, aux yeux des allemands, lui vaudra du reste, d’être arrêtée et emprisonnée quelques jours, puis libérée grâce à l’intervention de son amie Coco Chanel. A la libération une autre broche « l’oiseau libéré » viendra prendre place dans ces mêmes vitrines, symbolisant cette fois la France libérée.

 

 

 

Ces deux broches marquèrent les esprits, tout comme la panthère, dont la première adepte fut Wallis Simpson, celle-la même qui fit trembler la monarchie anglaise, provocant l’abdication Edouard VIII.

Cette panthère est aujourd’hui l’un des symboles pour ne pas dire le symbole incarnant le mieux la maison Cartier.

 

 

Plongez-vous dans cette biographie, et retrouvez plus de 50 ans de création et de vie mondaine parisienne. Vous y croiserez ainsi la famille Cartier, Coco Chanel, Picasso, Christian Bérard, Balenciaga, Cocteau, des têtes couronnées, des cocottes là encore, qui deviendront, grâce à quelques mariages bien menés, de respectables aristocrates…. Mais par-dessous tout vous y retrouverez une femme qui, malgré les aléas de la vie, saura rester digne et forte même dans le doute.

 

La Panthère, Le destin extraordinaire de Jeanne Toussaint, Stéphanie des Horts, JC Lattès, 2010, 160 p. (ISBN 2709633469).

 

Voici d’ailleurs « L’Odysée de Cartier », un superbe film de la maison éponyme commémorant ses 165 ans de créations. Vous y retrouverez ses principaux symboles, dont, bien évidemment, la désormais mythique panthère…


Réalisateur : Bruno Aveillan, Compositeur : Pierre Adenot.

Oborobo.

 

La maison Cartier.

2 Comments

  1. stephanie des horts
    Posted 16 juillet 2012 at 5 h 34 min | #

    Merci mille fois d’avoir recommandé mon livre, c’est adorable. juste une chose, la photo n°2 n’est pas une photo de Jeanne Toussaint, mais de Daisy Fellowes portant le magnifique collier Indien imaginé par Jeanne Toussaint pour l’héritière Singer. à bientôt

    • Oborobo
      Posted 22 juillet 2012 at 13 h 41 min | #

      Bonjour, merci beaucoup pour cette précision que j’ajoute tout de suite.
      Merci aussi à vous de m’avoir permis de découvrir une femme hors du commun, méconnue, et qui pourtant fut un des piliers d’une maison encore aujourd’hui reconnue à travers le monde entier.
      Bien à vous.

Postez un commentaire

Votre email se sera jamais publié ou partagé. Champs requis *

*
*