oborobo_Brigitte-Kernel_Andy_00

« Andy » Brigitte Kernel

 

À nouveau je me suis laissé tenter par un roman dont Andy Warhol est le personnage principal.
Vous l’aurez compris, j’aime cet artiste. Je pourrai même affirmer que j’aime plus le personnage que l’œuvre, même si il est évident que l’on peut difficilement dissocier l’un de l’autre. Ne vous méprenez pas, il s’agit bien ici d’un roman dont le personnage principal est Andy Warhol et non d’une biographie romancée.

 

Le 3 juin 1968, Valérie Solanas attend Andy Warhol à la Factory et tire trois coups de pistolet. Les deux premiers coups manquent la future icône du Pop Art, la troisième balle en revanche lui transperce le poumon, la rate, l’estomac, le foie et l’œsophage. Contre toute attente et après quelques semaines de convalescence, Andy Warhol s’en sort miraculeusement. Il conservera cependant à vie des traces et des conséquences physiques de cet attentat.

 

C’est à partir de ce fait réel que l’auteur, Brigitte Kernel, a choisi de poursuivre l’histoire, en envoyant Andy chez le psy !
Durant onze séances, pas une de plus, Andy va se confier, revenant entre autre sur son enfance et sur son adolescence. De Pittsburgh à New York, des rapports compliqués avec sa mère, ultra-religieuse à la « faune » de la Factory, de ses complexes physiques à son obsession pour la vie sexuelle de ceux qui l’entourent, Brigitte Kernel explore à travers ces « séances » la personnalité complexe et hors norme du roi du Pop Art.
Par la même, elle nous donne parfois la clef pour mieux comprendre ses œuvres.

 

oborobo_Brigitte-Kernel_Andy_02

 

La grande puissance de ce roman comparé à une biographie classique est cette capacité qu’a l’auteur à nous rapprocher affectivement de ce personnage. Cette proximité est peut être liée aux nombreux détails que l’auteur, à travers les paroles d’Andy Warhol, nous livre : le montant de la course de taxi pour se rendre chez le psy,  sa description presque anatomique de l’un de ses courts métrages, sa relation à la religion et donc à sa mère, et sa peur, voire sa répulsion, de l’amour physique. Tout nous est livré simplement presque tel qu’un enfant pourrait le faire, sans tabou, ni jugement.

 

oborobo_Brigitte-Kernel_Andy_01

 

J’ai, ces dernières années, passé beaucoup de temps en « compagnie » d’Andy Warhol.  Exposition, DVD, deux biographies, sans oublier les deux ouvrages écrits de la main même de Warhol à savoir « Journal » et  » Ma philosophie de A à B »  et pourtant jamais je n’ai ressenti cette affinité avec l’artiste. C’est sans doute là l’un des talents de Brigitte Kernel, nous rapprocher à travers une fiction d’un homme qui fit d’une boite de soupe, une œuvre d’art, et qui bien avant l’ère internet nous prédisait à tous notre quart d’heure de célébrité.

Mais au fait qui est ce psy ?

 

Bonne lecture.

Oborobo.

 

oborobo_Brigitte-Kernel_Andy_03

Andy, Brigitte Kernel, Plon, 08/02/2013. (ISBN 2259215920)

2 Comments

  1. Posted 20 février 2013 at 11 h 15 min | #

    Merci beaucoup, je suis touchée par votre lecture et votre affection pour Andy W. Brigitte Kernel

    • Oborobo
      Posted 3 mars 2013 at 0 h 03 min | #

      Merci à vous de m’avoir fait passer un excellent moment à lecture de votre roman.

Postez un commentaire

Votre email se sera jamais publié ou partagé. Champs requis *

*
*